divers

Ce site traite de la Nature et de nos relations avec elle. Toutefois, être bien à l’intérieur de soi et avec soi-même est essentiel aussi.

°°°

“Vous pensez que c’est juste un jour de plus dans votre vie ?
Ce n’est pas un jour de plus
C’est le jour unique qui vous est offert aujourd’hui
C’est un cadeau
C’est celui que vous avez en ce moment
et le seul remerciement adapté est la gratitude”

à la 5ème mn 10 possibilité de sous titres français :

Louie Schwartzberg – GRATITUDE

°°°

“le plus gros travail, le plus important,
c’est celui de prendre conscience
que derrière chaque aliment, c’est la Lumière.
Donc remerciez cette Lumière
remerciez l’aliment
et déjà ça en général, ça diminue la faim par deux ou trois.

°°°

=> Quelques partages de thèmes divers 

Clamic

J’aimerai vous faire connaître François Couplan :
http://www.couplan.com/

 

*owenn* Voilà, je crois avoir fait le tour de tous les liens, merci pour ces partages ! A moi d’apporter ma petite contribution et de vous faire part de ce que j’ai collecté sur le net. Dans la nature, l’eau est partout… y compris dans notre corps d’où l’importance de connaître l’extraordinaire faculté de cette eau que je vous laisse découvrir ou redécouvrir.
https://www.youtube.com/watch?v=EelhfyR9Ito
Expérience avec l’eau de Masaru Emoto
https://www.youtube.com/watch?v=1OzoKWXhlBI
Le pouvoir secret de l’eau

°°°

Petit coin pour parler de grandes fêtes :
Ainsi, pendant ces jours très particuliers de l’année comme la fête du Wesak, Samhain ou les 12 nuits saintes
on peut se prendre un moment pour nous dans la journée ou soirée pour se mettre un peu au calme,
se relaxer et prendre conscience à l’intérieur de soi de notre relation avec la Lumière et ce qu’il y a de plus élevé en chacun de nous.

“Afin de ne pas allonger inutilement les textes ci-dessous, le contenu a été “raccourci”.
Cliquez sur les flèches pour lire le détail des articles

La fête du WESAK

Au mois de mai, lors de la nuit de la pleine lune.
La fête du Wesak se rapporte à une très ancienne légende orientale selon laquelle Bouddha, écoutant la voix de son cœur, prit la résolution de quitter une fois l’an la résidence élevée de sa supra-conscience nirvanique pour bénir le monde. Elle a lieu habituellement lors de la pleine lune du Taureau, aux environs du mois de mai. Cette fête cosmique ésotérique a son homologue sur le plan physique dense sur un petit plateau situé sur la pente nord des Himalayas non loin de la frontière du Népal, dans une région sacrée encore interdite de nos jours. Tous ceux qui ont pu assister à cette divine cérémonie, que ce soit physiquement ou dans leur corps éthérique ont observé que cette vallée avait un peu la forme d’une bouteille dont le goulot serait au nord-est . Au moment de la pleine lune du taureau, les pèlerins commencent à s’assembler silencieusement et avec le grand respect dans la partie nord la plus basse de cette plaine mystérieuse. Viennent ensuite les grands lamas, les saints hommes, les religieux. Une demi heure avant la pleine lune, les Maîtres commencent à se ranger en cercles concentriques. Devant le rocher sur lequel a été installé une coupe de cristal remplie d’eau claire où va apparaître le Bouddha, se tiennent les trois grands seigneurs : au centre le Christ, à sa droite le Manou, et à sa gauche le Mahachoan. Une tache minuscule apparaît dans le ciel, et on peut finalement distinguer la silhouette du Bouddha. Le Christ entonne un important mantra et les pèlerins se mettent face contre terre. Cette invocation engendre un courant vibratoire de pensée d’une intensité incomparable. Elle nous relie au centre de force spirituelle d’où sont issues toutes les créatures. la bénédiction divine descend alors et le Christ représentant l’humanité la reçoit dans le but d’assurer sa répartition. Lorsque le Bouddha a disparu, la foule se redresse et l’on commence a distribuer en très petite quantité l’eau bénite se trouvant dans la coupe de cristal. Cette eau est partagée comme le furent le pain et le vin il y a plus de 2000 ans. Après cette bénédiction, la foule se disperse silencieusement, tous emplis d’une énergie nouvelle afin de restaurer la force, la beauté, la paix et l’amour. Voilà comment selon la légende, le Bouddha revient une fois l’an, bénir le monde et lui transmettre par l’intermédiaire du Christ un renouveau de vie spirituelle.
Auteur extraits M Coquet “lumières de la grande loge blanche”
SAMHAIN

31octobre
Samhain, est la fête qui célèbre le début de la saison « sombre » de l’année celtique (…pour les Celtes, l’année était composée de deux saisons : une saison sombre et une saison claire). C’est une fête de transition — le passage d’une année à l’autre — et d’ouverture vers l’Autre Monde, celui des dieux. Elle est propice aux événements magiques et mythiques. Sa traduction littérale est : “Fin de l’Eté”. Son importance chez les Celtes est incontestable, puisqu’on la retrouve en Gaule sous la mention Tri nox Samoni (les trois nuits de Samain). Marquant le début de la saison de la Nuit, Samhain est la nuit où les mondes sont les plus proches. C’est le moment où la barrière entre le monde des morts et les vivants est la plus fine où les communications se font le plus facilement. C’est le temps de penser aux êtres qui sont de l’autre côté, de leur dire que tout ce passe bien de ce côté-ci. Ce phénomène fait que c’est aussi la nuit où les énergies sont aux maximum de leur puissance, la magie y est donc grandement facilité. Les rituels de protection, de bannissement d’habitudes sont grandement favorisés et conseillés cette nuit. C’est le jour pour méditer, le jour du recommencement.
Auteur : Cédric.
DOUZE NUITS SAINTES
24 décembre au 4 janvier
Durant les douze nuits saintes, les Hiérarchies spirituelles se rapprochent particulièrement de l’être humain. Celui-ci peut spécialement les invoquer pour des raisons spirituelles d’évolution et d’agir dans le monde. Jour après jour, entre le 24 décembre et le 6 janvier, chaque Hiérarchie se manifeste successivement. Chaque méditation et son contenu sont emportés dans la nuit qui suit. Et à chaque nuit sainte correspond un mois de l’année qui vient. De chaque nuit résulte une inspiration et/ou un rêve significatif. Il serait profitable de les écrire. “C’est à l’image de deux majestueuses colonnes que se dressent dans le temple de l’année les deux fêtes hivernales: Noël et l’Épiphanie, manifestant par soi la naissance de l’homme et la naissance de Dieu dans la sphère terrestre, la naissance de l’homme primordial Jésus de Nazareth et la naissance, qui s’en suivit dans ses enveloppes, du très haut Esprit de notre Cosmos, du Fils divin Lui-même : du Christ. Et entre ces deux fêtes, à l’image d’un puissant escalier cosmique, s’étendent les douze Nuits saintes, comme douze marches ascendantes de la conscience universelle, unissant l’humanité avec la sphère d’une très haute spiritualité cosmique. “De Jésus au Christ”, – dans ces quelques paroles peut être caractérisée toute la signification de ce grand passage ou de cette montée, menant à partir du degré d’homme et à travers les neuf degrés des Entités des Hiérarchies spirituelles conduisant tout le développement de notre Terre, vers les degrés supérieurs de l’Esprit Saint et du Fils divin (du Christ), dans la mesure où leur action se dévoile dans les limites de notre Cosmos, c’est-à-dire dans les frontières embrassant sa sphère zodiacale.”
Auteur extraits R. Steiner