la Vouivre

Quelques extraits d’articles pour mieux comprendre la VOUIVRE.

La Vouivre, la Guivre, ou Vivre, le Nwywre chez les Gaulois, Hydros chez les Grec (l’Hydre) tous ces noms signifient la même chose :
ils désignent le tellurisme, les forces cosmo-telluriques, le serpent d’eau, l’esprit de la Terre.

Quand on sait qu’on peut rencontrer des sorties telluriques bénéfiques à l’homme et d’autres négatives, on comprend que les anciens vénéraient ce fluide divin ou combattaient ce phénomène qui leur inspirait de la crainte selon la face qu’il leur montrait.

(extrait du livre de A Landsprung – Hauts Lieux d’Energie)

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Vouivre sous le pillier principal de la Cathédrale

Vouivre sous le pilier principal.                                                  Cathédrale de Strasbourg

La vouivre ou le dragon ailé signifie la présence de forces telluriques et cosmiques. Les constructeurs de la cathédrale de Strasbourg avaient une très bonne connaissance de cette matière vibratoire. Ils ont clairement différencié les forces encore actives de nos jours.

Ainsi les vouivres telluriques courbent l’échine de manière marquée. Leurs oreilles s’apparentent à des cornes et les ailes sont courtes et orientées vers la terre. A l’opposé, les vouivres cosmiques sont caractérisées par une absence d’échine, des ailes plus déployées ou orientées vers le cosmos. Leur taille indique l’importance de leur force. La présence près d’elles d’un individu en position de fuite révèle une qualité vibratoire néfaste à l’homme.

vouivres

2ème vouivre sur pilier de la tour

2ème vouivre sous le pilier de la tour

Pour les courants telluriques dans la cathédrale de Strasbourg, on constate un déploiement de trois forces depuis le milieu de la nef à l’aplomb de la clé de voûte centrale. Ces vouivres sont concentrées dans la parties occidentales où elles touchent les 4 piliers supportant la tour de la flèche, l’emplacement du tympan coïncide avec la tête d’une vouivre.

Les vouivres cosmiques occupent la moité orientale de l’édifique. les plus importantes en taille prennent naissance dans les angles des chapelles Ste Catherine et St Laurent. On note la convergence d’une vouivre avec les autels de l’abside et de la crypte, soit deux forces bien spécifiques.

vouivre au dessus du baptistère

vouivre au dessus du baptistère

 

C’est une vouivre cosmique qui constitue la clé de la frise au dessus du baptistère. On y représente deux homme aux prises avec un entrelacs. Le dragon représente ici la voie ultime qui s’offre à celui qui parvient à se libérer.

L’emplacement de ces forces actives marquées dans la pierre coïncide toujours avec la tête du dragon. Indispensable pour l’édifice, ces forces ont été parfaitement maîtrisées.

vouivre sous le pilier (avec l'homme qui fuit, signe que l'endroit est à éviter ou du moins ne pas trop y rester)

vouivre sous le pilier (avec l’homme qui fuit est un signe que l’endroit est à éviter ou du moins de ne pas trop y rester)

vouivre-avec-homme-qui-fuit-cote-droit

détail de cette vouivre à cet emplacement

 

 

 

 

 

 

 

vouivre pilier dit "des alcooliques"

vouivre pilier dit “des alcooliques”

 

vouivre devant la cathédrale et sur le rayon qui l'entoure

vouivre devant la cathédrale et sur le rayon qui l’entoure

Les photos des vouivres ont été prises lors de sorties entre amis

vouivres devant la cathédrale

vouivres devant la cathédrale et dans l’enceinte de protection

et les extraits de cet article proviennent du livre de Georges Prat, Constant Schoen -MATER NOSTRA

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Le 18 octobre 1356, la ville de Bâle (Suisse) sise sur un épicentre sismique, fut complètement détruite par un tremblement de terre. Depuis, pour conjurer ces forces telluriques, les Bâlois s’assimilent aux esprits de la nature en tentant inconsciemment de s’allier les forces telluriques qui menacent toujours leur ville. Pour tenter de conjurer ces forces,dragon10 ils s’adonnent à un carnaval rituel voire mystique où l’on assiste à l’évolution d’un monde lointain qui se manifeste sous la forme d’animaux mythiques : vouivres, serpents ailés, dragons et griffons.

(extrait de Sciences et traditions par Freya).

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Quelques autres extraits d’articles sur la Vouivre :

Symbole du Dragon et de la Vouivre

La vouivre correspond à une conception du monde et de la matière remontant à l’Egypte ancienne. La vouivre n’est autre que le serpent d’eau, symbole du géomagnétisme. La terre est vivante, elle bouge, tremble et émet des ondes électromagnétiques mesurables à l’aide d’appareils de physique. Les Celtes représentaient ces forces de la nature par le dragon ailé, les Germains par la vouivre (Wasserschlange) et les anciens Egyptiens par le serpent Apophis, symbole du raz-de-marée.

Au Moyen Age, les architectes ont fait représenter des dragons ailés et des vouivres en grand nombre sur les façades des cathédrales et plus particulièrement sur la base des piliers.

Dans les légendes, la vouivre est représentée par une Dame Blanche se métamorphosant en serpent, comme dans celle de Mélusine.
Les Chevaliers du Temple faisaient décorer leurs chapelles de fresques murales ou de peintures représentant saint Georges terrassant le dragon. Sur leur Retable de Bergheim (près de Colmar, Alsace), peint au XIIè siècle par Jost Haller, figure une jeune fille richement vêtue qui représente en fait, la Grande Sophie des Orientaux, pour laquelle les Templiers éprouvaient une profonde vénération. En général cette jeune fille était le portrait d’une princesse de sang royal incarnant la fonction archétypale du principe féminin qui lui est contesté par Satan ou Lucifer représenté au Moyen Age par le Dragon infernal. Sur l’image, elle croise les pouces, comme le faisait Pharaon avec ses deux sceptres, harmonisant les contraires et donnant ainsi naissance à la stabilité. Le Retable de Bergheim se trouve actuellement au musée Unterlinden à Colmar.st hyp

Toujours au Moyen Age, le dragon était également représenté dans les châteaux comme sur l’image ci-dessous, dans le très beau château du Haut-Koenigsbourg, près de Sélestat en Alsace.

ht koenigs

…/…
La statue de la petite sainte Marguerite avec la vouivre, incarne ici, le reflet de la Sagesse divine.Ste Marguerite

Ci-dessous une vouivre de la fontaine de l’hôpital de Haguenau (67),

font hafet la fontaine dans son intégralité.font hag

…/…

La vouivre est bien connue dans les traditions populaires. Le mot “vouivre” vient du latin vipera dont l’équivalent en grec est echidna, lui-même d’origine germanique. La vouivre apparaît également dans les textes médiévaux, sous la forme guivre, et les églises au Moyen Age, et plus précisément à l’époque du gothique fantastique, sont remplies de ces sculptures de vouivres.
“par Freya- site Sciences et Traditions”
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~