le Bollenberg

On accède au Bollenberg en prenant la rue qui passe à côté de l’église d’Orschwihr et qui monte à travers le vignoble ou à partir de l’hôtel du Bollenberg à pieds.
Plantes rares
La colline du Bollenberg est formée de couches jurassiques. On y trouve des plantes rares et ce lieu est connu par des herboristes et amateurs de fleurs sauvages. C’est un espace naturel protégé.

2016-bollenberg-005-r

La Chapelle du Bollenberg -photo prise par Nélia-

Le Bollenberg est un lieu sacré où le Ciel et la Terre se rencontrent, c’est un haut lieu cosmo-tellurique.
Culte solaire
Il est supposé que cet endroit, face au petit Ballon, était un ancien lieu de culte solaire dédié au dieu celte Belenos (source A Landspurg).

A l’époque celtique, la date des fêtes religieuses était déterminée par la position du lever du soleil placé dans l’alignement de certaines montagnes.
Ainsi, l’alignement Bollenberg – soleil levant a lieu le 2 février, le jour de la Chandeleur et de la fête celtique de l’Imbolc.
Vue de ce lieu également, le soleil se lève sur le Belchen (sommet de la Foret Noire en Allemagne) au solstice d’hiver et se couche sur le Petit Ballon (sommet des Vosges) au solstice d’été. Sur ces trois lieux, on retrouve la même toponymie Bel ou Bal de Belenus ou Belenos (Bollenberg, Belchen, Petit Ballon).
Par la suite, les Romains s’installèrent. On retrouva une villa gallo-romaine dans le vignoble.
Sorcières
Ce lieu a la réputation d’avoir été fréquenté par des sorcières au Moyen Age.
Les herboristes et guérisseurs apprécient depuis très longtemps cette richesse en plantes médicinales et rares et utilisaient des champignons ou des plantes hallucinogènes comme la jusquiame, le datura, la belladone, la mandragore .
Mais comme le lieu avait une réputation de débauches où se déroulaient des sabbats de sorcières, ces braves gens furent désignés comme sorciers et sorcières et furent souvent enfermés à Rouffach dans la Tour des sorcières aux 16e et 17e siècles (où il s’est déroulé pas moins de 62 procès).
Puis pour s’opposer à ces rassemblements sulfureux, il fut bâtit une chapelle dédiée à la Sainte-Croix et à Sainte Apollonia (le nom dérive d’Apollon dieu romain du soleil).
Lieux de pèlerinage
La chapelle ne date que du 19e siècle mais le site est ancien. C’était autrefois un lieu de pèlerinage très fréquenté (nombreux ex votos).
D’innombrables légendes entourent cet endroit.

 

 

 

Feux de bûcher actuels
Les conscrits d’Orschwihr à la date du 14-15 août allument feu d’un bûcher pour exorciser les lieux comme au moyen âge et font la fête égayée par le vin (qui pourrait rappelé vaguement les réunions qui se déroulaient là haut : culte celtique, culte d’Apollon, sabbat du moyen âge). L’endroit attire et la tradition se perpétue dans la mémoire collective.

IMG_0002

à l’arrière on aperçoit le bûcher confectionné par les conscrits

Vibrations
Devant la charmante chapelle sur ce site, impression singulière : seuls quatre arbres poussent sur cette partie de colline.IMG_0011
A l’entrée de la chapelle on ressent plutôt des vibrations plus négatives. On peut se décharger, se vider là comme devant beaucoup de seuils d’églises. IMG_0005Près de l’arbre le plus proche de la chapelle (trace de foudre) A Landspurg le décrit comme un ancien lieu de sacrifice et vibre couleur vert –electrique- càd négatif.
négatif au nord-est à l’entrée de la chapelle.
L’ Autel se trouve sur un croisement de trois fois trois rayon telluriques rapprochés.
Un dimanche, nous avons pu visiter l’intérieur de la chapelle, exceptionnellement ouverte. Nous n’avons pas ressentis de vibrations à l’intérieur, ce qui peut sembler étrange. Seul à un endroit, un ressenti près de l’autel  par deux personnes. (N’étions nous pas en forme ? Période où les vibrations sont moins fortes ici ? Tout cela sera à vérifier lors d’une autre sortie).

A cet endroit, nous avons ressentis des vibrations.

Et ensuite à l’extérieur de la chapelle et à l’arrière où se trouve de fortes vibrations img_2196

positif coté sud-est On peut se recharger tout en profitant d’une splendide vue des alentours.

 

Sources de cet article :
nos propres sorties sur le terrain, extraits du livre A Landspurg
et lien sur ce sujet :
Les druides et les Celtes